Antonio Andivero

Antonio Andivero est un créateur complet : peintre, graveur, sculpteur, poète, pédagogue... Né en 1934 à Montevideo, Uruguay, il vit et travaille en France depuis 1975.

Son univers échappe à la pesanteur, au point que la navette spatiale américaine Discovery a emporté, le 28 avril 1990, 250 de  ses gravures à l’occasion du lancement du télescope Hubble... Elles reviendront sur Terre “baptisées d’infini”.

Poussière d’étoile, l’Homme lève la tête et contemple le tragique et le sacré de son destin qui le révèle à lui-même. “L’espace, souligne Antonio Andivero, a véritablement donné une autre dimension à l’Homme”.

Cette nouvelle dimension, qu’on qualifiera de “céleste”, vient alors s’adjoindre à notre dimension première : le “terrestre”. Pleinement constitutif de son œuvre, l’Axa mundi est autant symbole(s) que dynamique : il élève le regard autant que l’esprit, ouvre de nouvelles perspectives, et confère au corps et à l’âme une spatialisation toute différente. (Philippe Galanopoulos, extrait de “Le Musée Extra-Terrestre d’A. Andivero”).

Paul Klee parlait à ses étudiants du Bauhaus du “point irrité, facteur d’énergie latente” : “A la plus infime stimulation, le point émerge de l’état qui dissimule sa mobilité et se met en mouvement, dans une ou plusieurs directions…Il est près de devenir ligne. La ligne pointe vers la terre, mais n’en reste pas là, et puise de l’énergie pour s’élancer dans l’air […] Tirons-en la leçon : toute forme résulte d’une nécessité interne. Le besoin est au fond de tout.”

Klee mit constamment en parallèle le processus de création avec les processus organiques et naturels. Car il voyait dans la créativité humaine le prolongement du processus cosmique.

Et Antonio, sans conclure, cite Wassily Kandinsky dans son essai autobiographique, Rückblicke (1913) : “L’art est à bien des égards comme la religion. Son évolution ne consiste pas en de nouvelles découvertes qui effacent les anciennes vérités … mais en l’apparition de nouvelles vérités qui, au fond, ne sont rien d’autre que le développement organique, la croissance organique d’une sagesse antérieure qui n’est pas abolie par celle qui la suit, mais qui continue à engendrer la sagesse et la vérité.”